Molenzorg
Lantremange (Waremme), Luik
<p>Moulin de Lantremange</p>
Foto: Georges Huygen, 2016
Naam

Moulin de Lantremange

Ligging Rue Joseph Piette
4300 Lantremange (Waremme)

hoek met de rue Edmond Leburton
op de Geer (Jeker)
kadasterperceel A401


toon op kaart
Geo positie 50.711716, 5.298381
Eigenaar Privaat
Gebouwd voor 1278 / 18de eeuw
Type Bovenslag watermolen
Functie Korenmolen
Kenmerken Bak- en natuurstenen gebouw
Gevlucht/Rad Bovenslagrad (verwijderd)
Inrichting Verwijderd
Toestand Gerenoveerd gebouw
Bescherming ---,
Niet beschermd
Molenaar Geen
Openingstijden Niet toegankelijk

Beschrijving / geschiedenis

De Moulin de Lantremange is een graanwatermolen op de Geer (Jeker) aan de Rue Jospeh Piette, op de hoek met de rue Edmond Leburton.

Deze banmolen van de heer van Lantremange werd voor 1278 gebouwd. Herbouwd in de 18de eeuw.

Op de Kadastrale Atlas van P.-C. Popp (ca. 1860) vinden we de "Moulin" op sectie A 401 in het bezit van Dethier, Joséphine-Héléne-Adelaïde, épouse Defabry-Beckers, Philippe-Edmond-Sébastien, rentier, Forét. (De eigenares was vermoedelijk de eerste echtgenote van P.-E.-S. Beckers).

Het binnenwerk, het waterrad zijn verwijderd. Het overgebleven gebouw werd gerenoveerd tot woning.

De molenaarswoning staat aan de rue Edmond Leburton nr. 58.

Lieven DENEWET & Aimé SMEYERS

-----------------

En novembre 1034, l’abbé Poppon, de Stavelot-Malmedy, possède des droits sur le moulin et la terre « de Warlège » à Lantremange.

En 1278, il y a un moulin banal à Lantremange. Les habitants de la seigneurie sont tenus de l’utiliser et de payer une redevance au Seigneur. Le 1er août 1278, dans une charte de la Collégiale Saint-Denis à Liège, Guillaume de Hemricourt, dit « Malclerc », prétend obliger les manants de Bleret à faire moudre leurs grains à son moulin de Lantremange. ("Précédemment, les gens de Bleret avaient, sans doute, la faculté de choix, surtout celle de se rendre à Waremme, qui possède plusieurs moulins").

En 1395, le chevalier Jean Lebeau (Johan Libeal) fait établir le dénombrement des terres et la spécification des rentes, droits et revenus dépendant des Seigneuries de Hemricourt, de Lantremange, de l’avouerie de Bleret et de la bouteillerie héréditaire de l’Hôtel épiscopal.
Le moulin (première industrie agricole de Hesbaye) tient la place d’honneur à Lantremange. Il est « banal »: tous les manats de Lantremange et de Bleret (Blaret) doivent moudre par « ban ». (« L’ordre de ban » est un pouvoir de contraindre.)
Outre le moulin, l’autre industrie du village, la brasserie, est exploitée par les héritiers de Renchon de Warlege.
Guillaume Warebot exploite une forge. Ernould Pakeau et  Ernoult Rose exploitent une ferme.

Le 2 septembre 1599, Jean de Jamart, fils de Franckin Jamart, vend à Walrand Draeck, devant la Cour féodale de Liège, la Seigneurie de Lantremange et l’avouerie de Bleret, pour la somme de 10.308 florins de Brabant. Le montant entier servira à l’extinction des dettes.
La valeur du bien cédé est la suivante:
Actif
- 62,5 chapons et 3 poules.
- 15 à 16 florins brabant héritables et 13 muids d’épeautre et d’orge de houfflandes, le tout de cens et rentes seigneuriaux à payer aux jours déterminés: les cens et chapons en la fête de Saint-Jean l’Evangéliste, les muids et houfflandes à la Sainte-Gertrude.
- Une maison, un moulin banal et son bief, où les manants de Lantremange et de Bleret doivent faire moudre.
- 11 muids d’épeautre que paie BAREIT Hellin de Bleret.
- 11 muids 5 setiers d’épeautre que doit DESIRON de Lantremange.
- 4,5 muids d’épeautre que doit BOUX Christian de Lantremange.
- 3,5 muids d’épeautre que doit LE TEXTEUR Jean de Lantremange.
- 13 setiers d’épeautre que doit le Maréchal de Lantremange.
- 5 setiers d’épeautre que doivent les représentants de DE PONT Jean de Lantremange.
- 30 verges grandes de pré joignant le moulin banal, dont le revenu annuel est estimé à 7 muids d’épeautre.
- 14 bonniers 3 verges grandes d’héritages et terres liges, sans charges ni trescens.

Le 19 juillet 1607, le Prince-Evêque de Liège, Ernest de Bavière, rend un jugement aux termes duquel Jean de Jaymaert, dit « de Moege », est qualifié de voué de Bleret et Seigneur de Lantremange à la « Loi de Liège », et de voué de Lantremange à la « Loi d’Aix ». Par ce jugement, « de Moege » conserve le droit de nommer le mayeur, les échevins, le forestier et les autres officiers de lantremange. Il a également le droit de bannalité du moulin et de la brasserie; la perception et la jouissance des amendes.

Le 9 juillet 1686, le Baron Philippe-Robert de Schoonhoven vend sa Seigneurie de Lantremange, avec toutes ses dépendances et rentes, son moulin banal et la Haute-Vouerie héréditaire de Bleret, à Jean-François Dethier. Les biens sont chargés de 1.312 florins brabant de rentes, représentant un capital de 22.043 florins brabant. Trente ans ans plus tôt, Jean de Schoonhoven, père de Philippe-Robert De Schoonhoven, , a commencé à grever ses biens féodaux d’une première hypothèque, en faveur de  François Detheir grand-père du présent acquéreur.

En 1752, le voué de Stavelot possède un droit de bannalité sur le moulin et la brasserie de Lantremange.

En septembre 1754, le moulin de Lantremange est exploité par l’échevin, Guillaume Macar.

Le 29 janvier 1888, Henri Bailly voit le jour à Bas-Oha. Il sera meunier au moulin du Halleux à Comblain-au-Pont, avant de l’être (avec sa famille) à Lantremange (vers 1920). En 1929, il est meunier au moulin d’Argenteau.

En 1944, un Spitfire de la R.A.F. abattu par la Luftwaffe, plonge en catastrophe dans une prairie proche du moulin de Lantremange. Constant Claesen de Marlines, résistant du réseau « Otarie », s’y rend de nuit récupérer le plexiglas du cockpit pour en faire des bagues de résistance, portant le drapeau belge encadré des couleurs de l’Oncle Sam et de l’Union Jack.

Le bâtiment du moulin est transformé en habitation. 

Maison du meunier.
Au 58 de la rue E. Leburton, l'ancien moulin de Lantremange conserve un magnifique logis du début du 18éme siécle. Ce bel édifice en double corps présente deux niveaux de cinq travées. La porte centrale est surmontée d'une fenêtre à croisée, tandis que les autres baies sont à traverse. Une bâtiére de tuiles à croupettes coiffe la maison.

Jacques FRANCOIS

<p>Moulin de Lantremange</p>

Oude prentkaart (coll. G. Huygen)

<p>Moulin de Lantremange</p>

Oude prentkaart (coll. G. Huygen)

<p>Moulin de Lantremange</p>

Oude prentkaart (coll. G. Huygen)

<p>Moulin de Lantremange</p>

De molenaarswoning. Foto: Jacques Frucourt

<p>Moulin de Lantremange</p>

Atlas cadastral P.C. Popp, ca. 1860

Literatuur

Jacques François, "Chronique de Waremme. Le site de l'Histoire de Waremem", www. chronique-waremme.be
Philippe Vander Maelen, "Dictionnaire géographique de la province de Liège", Bruxelles, 1831.
Henri Del Vaux de Fouron, "Dictionnaire géographique de la Province de Liège", Liège, Jeunehomme, 1841.
Charles Meerts, "Dictionnaire géographique et statistique du royaume de Belgique", Bruxelles, Vanderborght, 1845.
Hervé Hasquin e.a., "Commnunes de Belgique: dictionnaire d'histoire et de géographie administrative. Wallonie", 2 vol., Bruxelles, La Renaissance du livre, 1980-1983.
Herman Holemans, "Enquète auprès des communes de la Province de Liège", 1984.
Lucien Simon, "Moulins de chez nous", Dison, Fondation Adolphe Hardy, 1992.
Jean Thill, "Histoire des seigneuries d'Oleye et Lantremange sous l'Ancien Régime  Les Seigneuries", Bulletin de L'Institut Archéologique Liégeois, Maison Curtius, t. XCIV,‎ 1982.


Laatst bijgewerkt: donderdag 5 januari 2017
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <?=$naam?>, <?=$plaats?>homevorige paginaNaar Verdwenen Molens